Réduire le nombre de visiteurs qui quittent votre site

Réduire le nombre de visiteurs qui quittent votre site

J’ai souvent considéré les taux de rebond et les mesures associées comme un moyen de mesurer l’adhérence générale et l’attrait d’un site Web. Dans mon cas, il s’agit normalement de blogs et de sites d’éditeurs, mais le principe s’applique généralement.
Voici plusieurs suggestions pour empêcher les visiteurs de quitter votre site et les inciter à rester et à afficher plus de pages.
Quels sont les taux de rebond?
Les taux de rebond vous indiquent le pourcentage de personnes qui ont laissé une page donnée sur votre site Web sans consulter d’autres pages. Il ne faut pas le confondre avec les taux de sortie, qui vous indiquent simplement le pourcentage de visiteurs qui ont quitté le site à partir d’une page (c’est-à-dire qu’ils peuvent avoir consulté d’autres pages en premier).
De plus, il est important de savoir que les utilisateurs peuvent passer 10 minutes sur votre page avant de quitter le site.
Dans ce scénario, il se pourrait bien que la page ait rempli son objectif (ou que l’utilisateur ait juste oublié de la fermer).
Que vous disent les taux de rebond?
Il est généralement utilisé, avec d’autres mesures, comme mesure de la «viscosité» d’un site.
Par exemple, sur SEW, j’aimerais que les gens cliquent sur un lien de recherche, Twitter ou une autre source de référence, trouvent un article utile, puis décident de parcourir davantage et de voir tous nos autres beaux contenus.
Si les taux de rebond sont élevés, cela pourrait signifier que notre contenu ne fait pas son travail correctement, bien qu’il existe de nombreuses autres explications possibles.
En règle générale, j’examine généralement les tendances au fil du temps et j’utilise les taux de rebond comme l’une des nombreuses mesures pour mesurer le succès d’une page particulière.
Par exemple, ce segment personnalisé de Google Analytics qui examine le pourcentage de visiteurs qui consultent plusieurs pages fournit une mesure de la capacité d’un site à conserver l’intérêt des utilisateurs au-delà de la page sur laquelle ils accèdent.

D’autres mesures, telles que le temps moyen sur la page ou l’utilisation du suivi des événements pour voir combien de personnes lisent au bas de vos messages (comme décrit ici par Justin Cutroni) peuvent également vous aider.
Pourtant, le principe est important. Si vous êtes le genre de site qui veut que les gens restent un moment, les taux de rebond fournissent un bon guide général.
Quel est exactement un bon taux de rebond dépendra du type de site que vous utilisez.
En travaillant dans l’édition en ligne, mon expérience est que les taux de rebond pour les articles peuvent être aussi bas que 40% et aussi élevés que 98% pour les articles individuels. La moyenne varierait entre 70% et 85%; évidemment, je vise plus près de 70%.
La capture d’écran de Google Analytics ci-dessous montre certains des articles les plus «persistants» que nous avons publiés. Comme nous pouvons le voir, les taux de rebond de ces articles sont inférieurs à la moyenne, qui est plus proche de 80%.
Un taux de rebond élevé est-il toujours une mauvaise chose?
En un mot, non. Cela peut dépendre beaucoup de la finalité du site Web.
Par exemple, les gens peuvent vouloir trouver rapidement un numéro de téléphone ou vérifier des faits. Si le site leur permet de trouver facilement ces informations, ils partiront rapidement, augmentant ainsi les taux de rebond.
J’ai peut-être besoin de savoir quel âge a Al Pacino (comme vous). Je peux rechercher son nom sur Google, cliquer sur Wikipédia, et les informations sont instantanément disponibles à droite de la page. Ensuite, j’ai appuyé sur le bouton de retour.
Bien sûr, je pourrais m’attarder plus longtemps, lire plus et cliquer sur certains des liens, mais si c’est tout ce que je veux savoir, je joue un petit rôle dans l’augmentation des taux de rebond du site.
Pour les éditeurs comme Search Engine Watch, nous préférons garder les gens sur le site plus longtemps, donc si quelqu’un clique sur la page, décide qu’ils préfèrent ne pas lire l’article en question et quitte, cela peut signifier que nous n’avons pas livré sur leurs attentes.
Dans ce dernier cas, des taux de rebond élevés sont une mauvaise chose.
La relation entre les taux de rebond et le référencement
Bien sûr, Google ne connaît pas vos taux de rebond, bien qu’il puisse théoriquement trouver ces informations parmi les millions de sites qui utilisent Google Analytics.
En théorie, ce serait un facteur de classement utile, car c’est une indication de la pertinence de votre page de destination pour la requête de recherche de l’utilisateur, bien qu’il faille tenir compte du type de site et de la requête.
Si quelqu’un veut un guide pour la conception de la page de destination et rebondit en quelques secondes, nous pouvons supposer que la page n’a pas été livrée. Cependant, s’ils voulaient simplement vérifier rapidement la météo d’aujourd’hui, alors peut-être que cela a rempli son objectif.
Le concept de temps de séjour, ou «clic long» (comme expliqué ici par Bill Slawski) est important. Il est similaire – mais pas identique – aux taux de rebond. Il s’agit essentiellement d’une mesure du temps qu’un utilisateur passe sur une page avant de revenir à la page de résultats de recherche.
Que ce soit un facteur de classement ou non est sujet à débat, mais il est certainement logique à la lumière de la recherche par Google de signaux de qualité.
En substance, cela fonctionne comme ceci:
Si un utilisateur clique sur les SERP pour accéder à un site Web, puis y passe du temps, cela suggère que le résultat était pertinent pour la requête et remplissait sa fonction. Dans ce cas, Google a bien fait son travail dans le classement de ce site Web.
Si un utilisateur clique dessus, puis revient rapidement à la page des résultats de la recherche (ou sélectionne ensuite un autre résultat), cela suggère que le site n’a pas été utile pour le chercheur. Un autre site peut donc l’usurper dans le classement.
Bien sûr, il s’agit d’une version simplifiée et il existe des variables. Par exemple, que se passe-t-il si le site répond immédiatement à la requête (comme dans mon exemple Al Pacino)?
Je suppose que Google serait en mesure de trouver différentes mesures pour différents types de requêtes de recherche afin de pouvoir en tenir compte.
Comment réduire les taux de rebond ou comment garder les visiteurs sur votre site plus longtemps
Les facteurs suivants devraient aider à réduire les taux de rebond, mais devraient également servir à garder les utilisateurs sur le site pendant une période plus longue. Ou au moins supprimer les facteurs qui les feront quitter le site.
Nous voici, sans ordre particulier…
1. Assurez-vous que vos pages se chargent rapidement
Personne n’aime les pages à chargement lent, alors assurez-vous que la vôtre fonctionne aussi vite que possible, sur mobile et sur ordinateur.
L’ancienne règle empirique de Jakob Nielsen était que les utilisateurs attendaient deux secondes qu’une page se charge avant d’abandonner l’idée. Quelle que soit l’heure exacte, si un site semble lent à charger, les gens penseront à rebondir.
Ceci est important du point de vue de l’expérience utilisateur, mais fait également partie des facteurs de classement mobile de Google.
Il semble que nous ayons du travail à faire sur ce point…
2. Donner aux visiteurs toutes les informations dont ils peuvent avoir besoin
C’est un point qui s’applique peut-être plus au commerce électronique qu’aux autres sites.
Prenons un exemple du secteur du voyage. Si vous recherchez des hôtels où séjourner, la destination évidente pour de nombreux internautes est TripAdvisor.
Là, ils peuvent trouver (en théorie) des vues impartiales sur l’hôtel, qui coupent les arguments de vente sur le site Web de l’hôtel ou de l’agence de voyage. Cependant, une fois sur TripAdvisor, ils peuvent être influencés par d’autres hôtels.
Si vous avez des critiques sur le site ou si vous avez intégré des critiques de TripAdvisor sur la page, alors une raison d’aller ailleurs est supprimée.
Ici, les hôtels Best Western affichent les avis de TripAdvisor (bons et mauvais) sur les pages des hôtels:
3. Évitez les appâts cliquables
Clickbait est désormais monnaie courante. En fait, il est difficile de trouver le site d’un éditeur de nouvelles sans ce genre de déchets après les articles.
Si vous êtes assez stupide pour cliquer sur l’un de ces liens, vous vous trouverez sur certains des pires sites du Web, pleins de fenêtres contextuelles, de pagination et de nombreuses tentatives pour vous inciter à cliquer sur des annonces. Il y a aussi la question de savoir pourquoi les éditeurs voudraient y envoyer leur public, mais c’est un problème pour un autre article.
Essentiellement, aucun de ces messages n’est susceptible de tenir la promesse du titre. Le contenu doit être pertinent pour le titre, sinon les gens rebondiront rapidement.
Je ne suis pas contre les listes ou l’utilisation de titres pour attirer les clics, c’est pourquoi cet article a le titre qu’il contient. C’est juste que les gros titres doivent tenir leurs promesses.
4. Évitez les pop-ups énormes et les publicités ennuyeuses
Servir les utilisateurs avec un énorme pop-up dès qu’ils entrent sur le site est un excellent moyen de les faire appuyer sur le bouton de retour.
De même, les annonces de survol intrusives et la lecture automatique de l’audio incitent les internautes à se tourner vers les adblockers. De nombreux autres utilisateurs rebondiront dès qu’ils atteindront votre site.
J’ai écrit sur l’utilisation des liens internes comme tactique de référencement, mais elle joue un rôle important pour garder les gens sur le site plus longtemps.
Fournir aux utilisateurs des liens vers d’autres articles intéressants qui sont pertinents pour celui que les utilisateurs lisent augmente la probabilité qu’ils restent plus longtemps et réduit ces taux de rebond.
6. Soyez prudent avec les liens externes
Je suis tout à fait d’accorder le mérite quand il s’agit de liens, mais si vous ajoutez des liens externes au début d’un message et ne les ouvrez pas dans une nouvelle fenêtre, vous demandez essentiellement aux utilisateurs de votre site et gonflez votre rebond les taux.
7. N’utilisez pas la pagination
Cela pourrait en fait être présenté comme un moyen de réduire les taux de rebond, mais je pense que l’inconvénient des utilisateurs ennuyeux l’emporte sur cet objectif particulier.
Les gens peuvent faire défiler, il n’est donc pas nécessaire de paginer. La seule raison pour laquelle je peux penser est de gonfler faussement les pages vues.
8. Conception du site
Les utilisateurs se feront une opinion sur votre site dès qu’ils y atterriront, et cela dépend en grande partie de la conception.
Votre résultat de recherche ou votre tweet peuvent les avoir convaincus de cliquer, mais un mauvais design (ou du moins un design qui ne plaît pas au visiteur) peut les convaincre de partir.
Par exemple, un site de commerce électronique devrait transmettre un certain niveau de professionnalisme si vous demandez aux utilisateurs de vous confier les détails de leur carte de crédit
Ce site peut vendre les meilleures portes et clôtures, mais la conception ne traduit pas exactement le professionnalisme. C’est aussi très difficile à lire.
(Pointe du chapeau à Branded3 pour l’exemple.)
9. Formatage de l’article
C’est très important. Tout comme les gens font des jugements rapides en fonction de la conception du site, ils regardent également l’article ou la page sur laquelle ils ont cliqué et se demandent combien de travail il faudra lire et consommer.
Un mur de texte avec quelques paragraphes et aucun stimulus visuel dissuadera de nombreuses personnes simplement parce qu’il semble difficile à digérer.
D’un autre côté, si vous avez des sous-titres clairs, des puces, des images et des graphiques et du texte en gras sur les statistiques et les points clés, cela rend les articles encore plus longs plus attrayants.
Bien sûr, le contenu devrait être efficace, mais les premières impressions sont importantes à cet égard.
10. Pages adaptées aux mobiles
Un point évident. Si vous souhaitez que les utilisateurs mobiles restent un certain temps sur votre site, assurez-vous qu’il est optimisé pour les mobiles.
11. Recherche et navigation sur le site
La recherche sur le site offre une option de navigation facile pour les visiteurs.
Sur les sites de commerce électronique, les utilisateurs de la recherche sur site effectuent souvent des conversions à un taux supérieur au taux moyen, car son utilisation peut indiquer une intention d’achat plus importante.
Sur d’autres sites, la recherche offre aux utilisateurs un moyen alternatif de naviguer sur les sites, celui que certains internautes préfèrent.
Donnez aux gens des moyens simples et clairs de naviguer sur votre site. Rendez la navigation intuitive et cohérente.
12. Recommandations relatives au contenu connexe
Il s’agit de donner aux gens des idées pour d’autres contenus ou pages en fonction de l’article qu’ils lisent.
Nous les utilisons ici sur SEW, sur la base du sujet principal. Vous le verrez en bas de la page, entre la biographie de l’auteur et les commentaires.
Ce n’est peut-être pas le meilleur exemple de recommandation de contenu en action, mais l’idée de fournir un contenu pertinent pour l’article actuel est bonne.
13. Boîtes les plus lues / commentées
Il s’agit d’une autre forme de recommandation de contenu, basée sur les articles lus ou partagés. Voici un exemple de la BBC:
Nous avons quelque chose de similaire ici, une boîte de messages tendance. Vous l’avez peut-être ou non remarqué…
L’intérêt de ceux-ci est qu’ils donnent aux utilisateurs d’autres idées de lecture, que ce soit en regardant les articles avec le plus grand nombre de commentaires ou ceux avec le plus de vues.
14. Faites des appels à l’action clairs sur les pages de destination
Vous devez indiquer clairement où les clients doivent aller ensuite pour acheter un produit, récupérer un devis ou quelle que soit l’action que vous souhaitez qu’ils prennent.
Voici quelques conseils généraux:
Formulation. Le libellé que vous utilisez doit indiquer clairement ce qui se passera si un utilisateur appuie sur un bouton, tel que « Ajouter au panier » ou « Commander ».
Couleurs. Testez pour voir quelles couleurs fonctionnent le mieux. Le contraste est la clé. De nombreux sites ont tendance à opter pour le jaune ou le vert, mais ce qui fonctionne pour un site ne fonctionne pas nécessairement pour un autre.
Taille. Faites-les assez grands pour être vus facilement, mais pas trop grands.
Placement. Les boutons doivent être placés là où les yeux des utilisateurs sont susceptibles de se trouver lorsqu’ils parcourent la page.
Adaptez-vous à différents appareils. Les appels à l’action devraient fonctionner sur divers appareils mobiles ainsi que sur le bureau.
Tester. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses ici. Le libellé, la couleur, la forme, le placement, etc. peuvent tous être testés pour trouver ce qui produit les meilleurs résultats.
En résumé
Les conseils ici sont un mélange de méthodes pour persuader les utilisateurs de rester plus longtemps sur votre site et d’explorer davantage.
Ce dernier est essentiel pour réduire les taux de rebond, car ils doivent interagir avec votre site, mais la page sur laquelle ils atterrissent crée cette première impression très importante.
Si la première page ne fait pas son travail en termes de pertinence pour l’utilisateur et d’éviter les ennuis évidents, il y a peu de chances que les utilisateurs veuillent rester.
Aussi, pour répéter le point précédent. Les taux de rebond sont utiles, mais uniquement utilisés avec d’autres mesures comme le temps sur la page et les téléspectateurs de plusieurs pages.

Pourquoi l’Europe est en retard en intelligence artificielle

L’intelligence synthétique (IA) est considérée comme un moteur clé du développement économique à long terme, qui devrait améliorer l’efficacité du travail et la croissance économique dans le monde entier. Pour comprendre ces gains, les technologies d’IA doivent être adoptées par les entreprises et intégrées à leurs procédures. Cependant, on ne sait pas exactement quel est le niveau actuel d’adoption de l’IA par les entreprises européennes. Les estimations diffèrent largement en raison d’une collecte de données irrégulière et d’une description et d’une taxonomie typiques insuffisantes de l’IA. Ce qui est clair comme de l’eau de roche, c’est que l’adoption de l’IA en Europe est réduite et fonctionne probablement derrière d’autres régions du monde. Les conversations sur les obstacles à la progression de l’IA mélangent souvent différentes étapes d’avancement – étude, amélioration et adoption. Chaque phase est limitée par la disponibilité des compétences, des informations et des financements sur le marché européen, mais il existe des subtilités dans la manière dont ces barrières se produisent dans chacune des 3 phases. Cette contribution de police d’assurance se concentre sur la dernière phase, l’adoption de l’IA. Nous discutons des preuves théoriques et empiriques des moteurs de l’adoption de l’IA. Nous décrivons les obstacles pertinents à l’adoption pour les entreprises européennes en ce qui concerne le capital humain, l’accessibilité des données et le financement, en faisant des comparaisons mondiales dans la mesure du possible. Pour accélérer le déploiement des technologies d’IA dans l’Union européenne, les décideurs politiques devraient lever les restrictions à l’adoption auxquelles sont confrontées les entreprises, à la fois dans le cadre écologique – marché du travail, marché monétaire et législation – ainsi que dans le cadre technique – disponibilité de l’information , numérisation de base des entreprises et doute technique. L’intelligence synthétique (IA) est considérée comme un moteur clé du développement financier futur. Les entreprises qui ont déposé des brevets d’IA ont montré qu’elles rencontraient des augmentations de la productivité du travail de 3 à 4 %1 . L’adoption généralisée de l’IA pourrait par conséquent augmenter le développement de l’activité économique occidentale de près de 20 % d’ici 2030 (Bughin et al, 2019). Pour réaliser ces gains au niveau macroéconomique, les technologies d’IA doivent être adoptées et intégrées au niveau de l’entreprise. Cependant, l’adoption de l’IA en Europe se fait derrière d’autres régions du monde. Pour accélérer l’adoption de l’IA dans les entreprises occidentales, les décideurs politiques doivent comprendre les obstacles qui empêchent les entreprises de mettre à nouveau en œuvre l’IA. Des informations sur les choix d’adoption de technologies des entreprises sont nécessaires pour orienter le plan et s’assurer que les systèmes d’IA profitent aux employés – en rendant les technologies fiables, faciles à utiliser et utiles au quotidien (Hoffmann et Nurski, 2021). Connaître les objectifs et le statut de la progression de l’IA en Europe nécessite une compréhension de chacune des étapes de la chaîne de production de l’IA : étude de l’IA, amélioration de l’IA et adoption de l’IA. La recherche en IA fait référence à la percée de toutes nouvelles méthodes pour créer des décisions intelligentes en fonction des données, et est généralement effectuée par des universités ou des laboratoires de recherche privés. L’amélioration de l’IA décrit l’utilisation de ces nouvelles techniques pour développer des services ou des produits d’IA qui répondent aux besoins de l’entreprise ; normalement, cela est fait par des entreprises technologiques (peut-être des start-ups et des mises à niveau de grandes technologies ou d’IA). Enfin, l’adoption de l’IA signifie l’utilisation de services ou de produits d’IA dans les procédures de production internes des entreprises ou dans la prestation de services (tableau 1). Marketing des enjeux de développement de l’IA pour l’autonomie tactique de l’Europe car le développement des technologies de l’IA dans les pays européens signifie moins de dépendance vis-à-vis des technologies étrangères. Cela peut également aider à garantir que les technologies d’IA s’alignent sur les principes européens. Cependant, en ce qui concerne l’augmentation de la productivité des entreprises occidentales et la garantie de leur compétitivité internationale, SEO l’adoption de l’IA marketing est beaucoup plus pertinente. L’amélioration de l’IA pourrait être surveillée par le nombre de brevets d’IA occidentaux ou de licornes2, tandis que l’adoption de l’IA nécessite des signes d’achat (ou d’achat) de produits d’IA par des entreprises européennes ordinaires à faible IA. Une telle compréhension détaillée aide à analyser les contraintes ou les obstacles liés à la recherche, au développement et à l’adoption de l’IA. Par exemple, l’absence de financement public général et de capital d’effort sont souvent cités comme des obstacles monétaires à la progression de l’IA en Europe (Tricot, 2021). Néanmoins, ces ressources monétaires sont principalement appropriées pour l’étude et l’amélioration de l’IA. Les contraintes financières sur l’adoption de l’IA par les entreprises ordinaires (non technologiques) peuvent être mieux traitées en utilisant d’autres équipements, comme les déductions fiscales ou les subventions à l’achat de technologies d’IA.

Les monnaies digitales existent par la blockchain

Il y a plus d’une décennie, un tout nouveau type de monnaie numérique a résolu certains des plus gros problèmes d’Internet. De nos jours, cette monnaie, connue sous le nom de bitcoin, a vérifié sa fiabilité durable et démontré que son système sous-jacent, connu sous le nom de blockchain, peut être utilisé pour une variété de programmes. En comprenant le fonctionnement de la blockchain et pourquoi elle peut s’adapter à tant de contextes, vous serez prêt à tirer le meilleur parti de cette nouvelle avancée. La blockchain est une réalisation importante car elle offre transparence, précision et sécurité pour n’importe quel service. Une blockchain n’est en fait qu’un document d’activité. Dans le contexte du bitcoin, la blockchain est un grand livre mondial qui marque et démontre chaque transaction monétaire. Si vous deviez analyser une blockchain, vous examineriez essentiellement une édition codée d’une feuille de calcul comptable. Ce registre est vraiment particulièrement digne de confiance car il possède trois qualités vitales : • Une blockchain est distribuée, ce qui signifie qu’elle fonctionne sur de nombreux ordinateurs différents qui sont répartis dans le monde entier. En raison de cette syndication, il n’y a pas de mainframe ou de source de données centrale pour qu’un éventuel cambrioleur puisse pirater. • Une blockchain est grand public, ce qui signifie que tout le monde peut la consulter à tout moment. Comme une blockchain est décentralisée, il n’y a pas d’institution solitaire qui cache des documents. Aucune entité n’a un intérêt direct dans le contrôle d’accès, il n’y a donc personne pour empêcher le public d’entrer. • Une blockchain est cryptée, ce qui signifie qu’elle offre de sérieuses protections en place pour éviter le piratage et le vol. La sécurité d’une blockchain nécessite à la fois des secrets publics et personnels – un peu comme les deux programmes importants utilisés pour protéger une boîte d’acompte de sécurité. Ce processus est plus fiable que les protections des cartes de crédit ou des systèmes de vente en ligne. La blockchain bitcoin commence simplement en dressant une liste de chaque transaction de crypto-monnaie. Ensuite, toutes les dix minutes, toutes les transactions sont examinées et autorisées. Cette section des transactions approuvées est ensuite conservée dans sa propre section fermée, ou bloc. Chaque obstruction successive des transactions est liée aux types qui ont précédé, ce qui signifie que toutes les transactions sont horodatées et surveillées. Cette interconnexion signifie que pour modifier le grand livre et voler du bitcoin, un pirate informatique devrait réécrire toute la chaîne des transactions. Fouiller le grand livre de la blockchain revient à modifier une page de texte sur la machine à écrire : contrairement au logiciel de traitement de termes, qui permet aux clients de placer un curseur n’importe où sur l’écran et de modifier un seul mot sans affecter le reste de la page, un La machine à écrire a besoin que l’utilisateur compose à nouveau une page Web entière pour effectuer la moindre révision. Jusqu’à présent, il est extrêmement difficile de se débarrasser et de réécrire une blockchain entière, ce qui signifie que la blockchain offre un niveau de protection inégalé. Et puisqu’il n’y a pas de tiers et que la blockchain ne fait partie d’aucun individu ou entreprise, c’est aussi radicalement clair. Comme la blockchain a fait du bitcoin une nouvelle monnaie passionnante, elle offre également la possibilité de changer de nombreux autres secteurs. Par exemple, la blockchain pourrait transformer la façon dont les individus du monde entier donnent à de nombreux déclencheurs. En 2010, Haïti a subi l’un des tremblements de terre les plus meurtriers enregistrés. Parmi 100 000 à 300 000 personnes sont décédées et de nombreuses communautés ont été décimées. Déplacés par l’ampleur de cette destruction, des personnes et des entreprises du monde entier ont versé plus de 500 millions de dollars à la Croix-Rouge pour soutenir les efforts de reconstruction d’Haïti. Mais une analyse ultérieure a révélé que ces fonds avaient peut-être été perdus ou mal dépensés avant qu’ils ne puissent être utilisés pour aider les Haïtiens en difficulté. Une blockchain pourrait empêcher les cas à long terme de mauvaise gestion de l’argent simplement parce qu’elle n’a pas besoin d’un intermédiaire qui pourrait potentiellement bâcler l’affectation des fonds. De plus, comme le grand livre d’une blockchain est immuable et public, il permettrait aux contributeurs de surveiller chaque dollar de leur présent. Vous pouvez même produire une blockchain dans laquelle l’argent se trouve sur un compte séquestre et n’est lancé que lorsque l’entreprise caritative atteint certains jalons.

Le web est envahit par des bots

Vérifiez autour de vous, les gens sur Internet. Les bots. Ils sont partout. La plupart des visiteurs de sites Web ne sont pas des personnes, mais ils sont plutôt des robots d’exploration ou des applications conçues pour effectuer des activités automatiques. Ce sont les abeilles membres du personnel de la toile, Nevers Digitale ainsi que les hommes de main. Certains robots aident à rafraîchir votre Fb nourrir ou découvrir comment classer les effets de recherche Google; d’autres robots imitent des êtres humains et exécutent des frappes DDoS accablantes. Tout compte fait, les bots, mauvais et bons, sont responsables de 52% du trafic sur le site Web, selon un autre rapport de l’entreprise de sécurité Imperva, qui conteste une analyse annuelle de l’exercice en ligne. La statistique de 52% est substantielle, car elle indique certains conseils sur la balance, car le document de la dernière année, qui découvrait que le trafic humain avait dépassé le trafic du site Web bot la première fois, compte tenu du fait qu’en 2012, au moins, Imperva a commencé à vérifier l’activité des robots sur le Web. . À présent, la dernière enquête, fondée sur une analyse de près de 17 milliards de dollars de nominations sur des sites Web provenant de plus de 100 000 noms de domaine Internet, montre que les robots d’affichage sont à nouveau au sommet. Non seulement cela, mais les robots d’exploration cernés tiennent l’avantage autour des robots d’assistance, qui représentaient respectivement 29% et 23% du trafic de la plupart des sites Web. « Le fait le plus important dans ce document peut également être probablement la tendance la plus constante qu’il observe », publie des articles, Igal Zeifman, directeur du marketing d’Imperva, dans un article de blog concernant l’étude. «Au cours des 5 dernières années, chaque invité sur un site Web sur trois était un bot d’assaut.» En d’autres termes: plus de 94% des 100 000 sites Web inclus dans l’enregistrement enregistraient au moins une attaque de bot dans les 90 jours ouvrables. période dans l’examen de Imperva. Les sites Internet moins appréciés par l’humanité – calculés par le trafic de sites Web – tendaient à amener beaucoup plus de rendez-vous de bots. Zeifman a écrit: «Il suffit de placer, les bons robots vont explorer votre site et les robots terribles vont essayer de le pirater, peu importe la façon dont il peut être connu avec tous les êtres humains. Ils peuvent même continuer à visiter un nom de domaine en pénurie de tout le trafic du site Web. « 

La sécurité du digital dans la gestion

Comment se peut-il qu’à un moment donné d’une concentration sans précédent sur le leadership – une prolifération continue de publications, de postes, d’applications de niveau et d’efforts de coaching à gros budget – des problèmes de leadership époustouflants prolifèrent en plus grand nombre dans les lieux publics, privés, militaires, et les organisations basées sur la croyance? Les gros titres sont remplis d’histoires de flottes d’avions immobilisées, de poursuites judiciaires alléguant une indifférence cruelle aux résultats pharmaceutiques, d’individus arrivant en avant pour décrire des décennies de harcèlement et d’abus de la part de gestionnaires auparavant exaltés, ainsi qu’une contagion de méfiance envers les titans de la technologie dont les produits forment notre rencontre quotidienne. Cette simple exhortation est limpide – Écoutez ! Devenez coach, pas vraiment patron ! Vaut des perspectives diverses! – est insuffisant. Il est également clair qu’au sein d’un groupe d’âge où les tâches routinières sont de plus en plus sous-traitées aux machines, et où l’avancement et le travail d’équipe sont devenus les astuces pour la survie de l’organisation, le travail principal de chaque leader est de créer un environnement dans lequel les gens expérimentent le sentiment de objectif, qui appartient, et un engagement qui permet à leurs meilleures suggestions de faire surface. Chacun des meilleurs livres d’entreprise de cette année sur le talent et le leadership se distingue par des diagnostics et des descriptions étonnamment particuliers des origines de notre situation de leadership. Parmi les meilleurs d’entre eux, Tomas Chamorro-Premuzic, professeur de psychologie des affaires au College College Central de Londres et au Columbia College, soutient de manière convaincante que « l’épidémie de terrible leadership » d’aujourd’hui est causée par un excès de gars incompétents dont les défauts leur permettent perversement de monter au sommet. Amy C. Edmondson, professeure Novartis de gestion et d’administration à la Harvard Company School, examine comment les dirigeants produisent des cultures intrépides (ou craintives) et montre l’impact de l’inquiétude sur chaque aspect de la performance. Et Beth Comstock, ancienne responsable principale du marketing et de la publicité et vice-siège de General Electrical, décrit de manière vivante les obstacles rencontrés par les employés de pointe très inspirés et impliqués parce qu’ils tentent d’apporter leurs meilleures réflexions et idées, seo se comportant sans crainte malgré les conséquences. Un leadership inepte est devenu une pandémie malgré la reconnaissance répandue que les entreprises ne peuvent survivre que si elles retiennent, participent et motivent les talents. Selon l’information Chamorro-Premuzic, le mauvais leadership est la principale cause de rotation et de désengagement des travailleurs dans le monde entier ; au sein du You.S. à vous seul, cela se traduit par une perte de productivité annuelle de 500 milliards de dollars US. Chamorro-Premuzic écrit qu’un nombre extrêmement disproportionné de rôles de leadership sont occupés par des gars, et demande si cela peut être un problème de causalité ou de corrélation. Il plaide pour le premier, dont ses recherches suggèrent qu’il est principalement le résultat du problème que les gens ont à trouver l’incompétence chez les hommes. Cette idée, ainsi que l’exhaustivité de la recherche qui la sous-tend, en font une lecture incontournable pour notre époque. Des études vérifient que les femmes et les hommes ont tendance à assimiler confiance et compétence, car ils pensent que ceux qui ne se soucient généralement pas de leurs propres capacités et qui se considèrent comme destinés à la grandeur doivent avoir de bonnes raisons de le faire. En fait, les individus incompétents sont généralement beaucoup moins précis dans l’évaluation de leurs propres talents pour la simple raison pourquoi ils n’ont pas l’expertise nécessaire pour savoir ce qu’ils ne savent pas. Par distinction, les individus extrêmement qualifiés sont enclins à douter d’eux-mêmes car leurs connaissances augmentent leur conscience de leurs limites. De plus, des études montrent que les hommes semblent plus confiants que les femmes, mais le nombre d’hommes trop confiants est infiniment plus élevé. Et l’excès de confiance et l’affirmation de soi qu’il engendre peuvent être extrêmement utiles lors de la recherche ou de la recherche d’un logement pour personnes âgées. Tout au long des entretiens d’embauche, une idée personnelle inconditionnelle se transforme en rassurante, charismatique, magistrale et puissante – tout simplement, comme un leader. En revanche, la compétence, dont Chamorro-Premuzic montre qu’elle est en fait le facteur principal pour déterminer l’efficacité d’un leader, a tendance à être balayée par la passion pour la perspective éblouissante de garantie personnelle. De toute évidence, l’excès de confiance doit vraiment être considéré comme un avertissement indiquant que quelqu’un se révélera être un innovateur inadéquat – immunisé contre les commentaires, résistant aux modifications et improbable de consulter d’autres personnes lors de la prise de décisions importantes.

Amener de l’humanité dans le leadership digital

Les pionniers du numérique ont besoin d’une méthode de leadership collaborative et agile fondée sur la nature humaine avec des relations face à face, malgré la portée géographique. – Le rôle du leader se transforme définitivement, notamment parce que la main-d’œuvre s’adapte aux nouvelles façons de faire des affaires. Avec de nombreux travailleurs opérant désormais à partir de plusieurs endroits, les pionniers doivent savoir comment décrire les problèmes clairement et devenir beaucoup plus directs et précis. Ce ne sont pas seulement les petites entreprises qui se transforment ; ces directives de gestion peuvent également être appliquées dans certaines des plus grandes entreprises du monde. Le projet O2 de Google a été créé pour identifier comment les managers de Google réussissaient à diriger leurs groupes. La recherche a révélé que l’instruction, plutôt que simplement le coaching, aidait leurs employés à améliorer leurs compétences. Quelque chose qui est vital dans la main-d’œuvre numérique actuelle où plus de travailleurs fonctionnent séparément. L’entrepreneur note que les pionniers électroniques possèdent la rencontre et les capacités nécessaires pour faire avancer une entreprise avec un changement électronique. Ils tirent le meilleur parti des actifs électroniques de leur entreprise pour conserver un avantage agressif et possèdent également des compétences interdisciplinaires qui aident à résoudre les problèmes liés aux fonctions. Ils ont une large connaissance de l’expansion des fonctionnalités, des secteurs et des systèmes de l’entreprise et utilisent l’analyse basée sur l’information pour améliorer et renforcer la main-d’œuvre. Les pionniers du numérique sont également reconnus pour se concentrer sur les résultats plutôt que sur les produits. Ils sont capables de reconnaître que le changement électronique ne concerne pas seulement la technologie, mais aussi le cadre et les relations avec les consommateurs. Dans le passé, les leaders conventionnels adoptaient fréquemment un type de leadership descendant. Aujourd’hui, les pionniers du numérique doivent utiliser une approche beaucoup plus fluide, collaborative et agile. Les pionniers du numérique doivent également pouvoir essayer de numériser leurs organisations sans nuire aux principes de l’entreprise et au bien-être des employés. Dans une perspective pour les étudiants diplômés en leadership organisationnel libérés à l’Université de Maryville, ils expliquent comment il existe un besoin croissant de pionniers qui comprennent les bâtiments nécessaires pour gérer les travailleurs à distance. Selon Robb Hecht, professeur de marketing et de publicité à l’Université Baruch, les grands pionniers du numérique s’enracinent dans la nature humaine. « Être un innovateur en électronique demande un peu plus d’efforts que les pionniers conventionnels qui doivent gérer cette interaction quotidiennement », a-t-il déclaré. Un leader numérique doit néanmoins pouvoir se connecter aux membres pour un diplôme personnel et expert afin de créer un sentiment de voisinage et de s’assurer que tout le monde travaille efficacement. Un manager distant doit également comprendre la nécessité de créer du temps pour les relations en face à face. Par exemple, être un innovateur numérique m’a permis d’opérer à distance sans affecter l’efficacité. Je suis juste en mesure d’interagir virtuellement avec mon équipe via des appels vidéo et une messagerie instantanée en ligne. Néanmoins, Fast Company souligne que même les appels de clips vidéo ne suffisent pas ; les dirigeants doivent mettre de côté des ressources suffisantes pour diversifier les conférences de groupe et les retraites. De plus, les pionniers du numérique doivent également faire preuve d’une vision et d’un engagement spécifiques en ce qui concerne l’établissement d’une tradition de travail saine. La directrice générale du programme Jive Software, Elisa Steele, est souvent interrogée sur la manière dont elle maintient un équilibre travail-vie personnelle. Au contraire, je vis juste ma vie, y compris ce que je fais au travail, avec notre famille, ainsi que dans ma communauté. » Steele précise qu’en tant que PDG d’une entreprise mondiale, elle est souvent sur l’autoroute, parfois même à travers les fuseaux horaires. « Nous nous connectons en utilisant des blogs, des vidéos, des sondages, des forums de discussion, des groupes et des équipes. Cela brouille les lignes de localisation physiques réelles et produit un sentiment de connectivité dans l’ensemble de l’entreprise. Cela m’aide non seulement à rester aligné avec le groupe pendant mon absence, mais cela aide également nos employés internationaux à être plus efficaces ensemble », a-t-elle déclaré. L’introduction de pratiques numériques n’est pas seulement bonne pour la vie personnelle d’un leader, elle peut grandement améliorer le fonctionnement des entreprises. Pour un seul, cela contribue à cultiver une culture qui permet aux travailleurs d’augmenter les ressources de travail dont ils disposent. La gestion électronique est également un excellent moyen d’améliorer la façon dont les travailleurs travaillent, ce qui peut aider à améliorer l’efficacité ainsi que le flux de revenus d’une entreprise. Les outils de messagerie immédiate permettent aux superviseurs de parler tout aussi facilement en utilisant leurs groupes. Le choix du leadership numérique peut également aider à réduire les dépenses fonctionnelles, car il n’y a aucune raison d’acheter un bureau physique. Peut-être que l’une des méthodes les plus négligées pour devenir un grand innovateur sera un grand adepte. Dans Best Self, agence seo Fateme Banisheib a écrit sur une session essentielle sur les avantages de l’intégration de la fraternité dans notre approche de la gestion. Les grands leaders doivent être d’excellents suiveurs. Découvrir comment être un bien meilleur leader exige d’adopter votre suiveur interne.

Comment fonctionne Ask Jeeves

Ask Jeeves est à la fois une entreprise qui fournit des résultats de recherche à d’autres personnes et un site de recherche lui-même. Cette page se concentre sur le site de recherche Ask Jeeves et son fonctionnement. Les activités de distribution de recherche de l’entreprise sont couvertes sur la page Comment fonctionne Direct Hit.
Demandez à Jeeves Page de résultats
La page de résultats Ask Jeeves répertorie les informations provenant de trois sources principales :
Listes éditoriales alimentées par l’homme
Résultats basés sur des chenilles de Teoma, propriété d’Ask Jeeves
La page de résultats offre également une variété d’options publicitaires. Les listes éditoriales et payantes sont couvertes plus en détail ci-dessous.
Résultats humains
En haut des listes Ask Jeeves se trouve généralement une section intitulée Cliquez sur Demander ci-dessous pour vos réponses. Les listes ici, de la base de connaissances Ask Jeeves », proviennent généralement du travail d’éditeurs humains.
Ask Jeeves n’offre pas de page d’ajout d’URL, comme les répertoires alimentés par l’homme tels que Yahoo, LookSmart et Open Directory. Cependant, vous pouvez suggérer que votre site soit lié à une question par e-mail. Envoyez simplement un message à un e-mail protégé
Soyez intelligent avec votre soumission. Vous aurez probablement plus de succès si vous constatez qu’il n’y a pas de questions existantes relatives à un sujet particulier. Faites quelques recherches, recherchez les lacunes, puis proposez les pages appropriées de votre site. Soyez bref, concis et expliquez pourquoi votre site a de la valeur.
Bonjour-
J’ai plusieurs pages sur les éclipses solaires, qui fournissent des réponses parfaites aux questions que vos utilisateurs peuvent avoir. Quelques exemples sont ci-dessous, ainsi que des pages de mon site qui fournissent des réponses :
+ Quand est la prochaine éclipse solaire ?
Je pense que vous trouverez les pages utiles pour vos utilisateurs, car elles sont assez détaillées et conçues pour les débutants. Le site dans son ensemble a également remporté de nombreux prix et critiques positives, que vous pouvez voir sur :
Ask Jeeves fournit des directives éditoriales pour les sites qui demandent à être répertoriés. En les suivant, vous augmentez vos chances de devenir une ressource dans la base de connaissances. Voici un résumé des points clés :
Les sites doivent se charger rapidement et être soignés, faciles à lire et à naviguer.
Les sites doivent être bien entretenus et mis à jour régulièrement.
Les sites doivent offrir des informations complètes et précises qui répondent à la question d’un utilisateur.
Les sites doivent proposer des liens ou des informations supplémentaires liés à la question de l’utilisateur.
Les sites doivent démontrer leur crédibilité en fournissant des citations d’auteur et de source et des informations de contact.
Ces points, et quelques informations supplémentaires, peuvent être trouvés ici.
Demandez à Jeeves Politique éditoriale
Résultats de l’ouverture
Habituellement, le deuxième grand groupe d’annonces sur la page de résultats Ask Jeeves est intitulé Vous pouvez trouver ces liens sponsorisés utiles. Les annonces de cette section proviennent de Google AdWords Select. Ce sont les meilleures listes du programme Google AdWords pour les termes que vous avez recherchés.
Cela signifie que pour apparaître sur Ask Jeeves pour un terme particulier, vous devez être l’une des meilleures annonces pour ce terme sur Google AdWords. Consultez la section Google AdWords de la page Comment fonctionne Google pour en savoir plus à ce sujet.
Résultats de Teoma
Habituellement, le troisième grand groupe d’annonces sur la page de résultats Ask Jeeves est intitulé Vous pouvez trouver mes résultats de recherche utiles. Les listes de cette section proviennent de Teoma, un moteur de recherche basé sur un robot appartenant à Ask Jeeves.
Bien que le Teoma ne soit plus en version bêta », il y aura probablement encore des changements dans la façon dont il explore le Web jusqu’au milieu de 2002. Les articles ci-dessous, en particulier la seconde moitié du second, contiennent plus de détails sur la façon dont Teoma explore le Web et des conseils pour mieux se classer avec :
À certains égards, encore le petit nouveau sur le bloc des moteurs de recherche, Teoma atteint la puberté aujourd’hui alors que la version 2″ du moteur de recherche est officiellement déployée auprès du public.

Comment fonctionne le coup direct

Les résultats de Direct Hit sont fournis à la fois via le site Direct Hit lui-même et distribués aux sites partenaires.
Le système de Direct Hit mesure les pages que les utilisateurs sélectionnent dans les résultats de recherche de tous ses partenaires ainsi que ceux qui utilisent son propre site. Il estime également combien de temps ils passent à visiter ces pages. Dans une explication très simpliste, les pages les plus populaires, mesurées par ces facteurs, se hissent en tête de ses résultats.
Outre le clic et le temps de visionnage, Direct Hit prend également en compte d’autres facteurs non divulgués dans son algorithme de classement. Direct Hit explore également le Web, afin de pouvoir affiner ses propres listes, plutôt que de se fier uniquement aux clics mesurés sur les sites de ses partenaires.
Le facteur Teoma
En septembre 2001, Ask Jeeves, propriétaire de Direct Hit, a acquis le moteur de recherche Teoma. Teoma doit maintenant prendre le relais de Direct Hit d’ici la mi-2002.
Plus précisément, le site Direct Hit est sur le point de fermer et les résultats Direct Hit ne seront disponibles que sur les sites Web partenaires. Les résultats de Teoma seront également proposés aux sites web partenaires. Cependant, contrairement à Direct Hit, les résultats de Teoma seront également disponibles sur le site Web autonome de Teoma.
Cela signifie pour le propriétaire du site qu’être répertorié dans les résultats Direct Hit est beaucoup moins important que par le passé. Teoma va avoir une distribution plus large que Direct Hit.
Pour vous aider à être répertorié dans Teoma, consultez la section Résultats de Teoma de la page Comment fonctionne Ask Jeeves. Le premier article de cette section (So Long Direct Hit, Hello Teoma ») explique également plus en détail ce qui se passe avec le service Direct Hit. Le reste de cette page explique comment Direct Hit fonctionne actuellement et comment y figurer.
Compter les clics
La partie target= indique à Direct Hit le nom de la page que vous avez sélectionnée. La partie id= indique à Direct Hit où se trouvait le site dans les résultats de recherche HotBot, et la partie userid= aide Direct Hit à vous identifier lorsque vous revisitez HotBot. Enfin, la partie q= indique à Direct Hit les termes qui ont été utilisés pour la recherche. Donc, cliquer sur ce lien indiquerait à Direct Hit que quelqu’un a sélectionné la page, qui a été classée numéro 1 pour les horoscopes de requête.
Nous savons maintenant comment Direct Hit collecte les informations de clic. Qu’est-ce que ça fait avec ? Direct Hit fait une estimation du pourcentage typique de clics qu’un site devrait recevoir pour n’importe quelle position sur une page. Les sites qui dépassent cette estimation ont tendance à monter dans le classement, tandis que les sites qui ne sont pas à la hauteur ont tendance à baisser.
Par exemple, le site d’horoscope ci-dessus devrait naturellement attirer de nombreux clics en raison de sa position de numéro un. Mais si le site attire un pourcentage de clics inférieur à celui d’un site numéro un typique, il peut tomber au numéro deux ou même disparaître complètement de la liste des dix premiers.
De même, un site répertorié en position 36 devrait attirer très peu de clics. Mais si les utilisateurs ne sont pas satisfaits des meilleurs résultats, ils peuvent les explorer et les découvrir. Si suffisamment de personnes font cela, le site augmentera alors dans le classement et pourrait éventuellement figurer dans le top dix.
Gardez la proportion à l’esprit lorsque vous pensez à la façon dont Direct Hit compte les clics. Ce n’est pas seulement qui obtient le plus de clics. Par exemple, cinq personnes visitant un site le mieux classé peuvent ne pas compter pour grand-chose, car un site le mieux classé devrait attirer de nombreux visiteurs. Mais cinq personnes visitant un site enfoui dans les résultats ont beaucoup plus de poids pour faire grimper ce site dans le classement.
Temps de suivi
Direct Hit mesure également le temps que les gens passent sur un site Web, et c’est un autre moyen principal utilisé pour classer les sites. Ceux qui ont un temps de visionnage plus long peuvent se déplacer plus haut. Mais n’oubliez pas que le temps de visionnage est pris en compte avec les données de clics et d’autres facteurs qui ne sont pas publics.
Comment Direct Hit peut-il savoir combien de temps vous êtes sur un site ? Vous vous souvenez de la partie userid= dans les liens HotBot mentionnés ci-dessus ? Cela indique à Direct Hit lorsque vous quittez HotBot. Lorsque vous revenez ensuite et cliquez sur un lien, il est alors capable de mesurer le temps entre les deux clics. Ce temps est le temps que vous avez passé à consulter une page.
Imaginez ce scénario typique. Vous effectuez une recherche d’horoscopes », puis cliquez sur le premier lien répertorié. Vous passez quelques secondes à le regarder, puis utilisez le bouton de retour de votre navigateur pour revenir à la liste des sites de HotBot. Maintenant, vous choisissez le deuxième lien répertorié. Lorsque vous cliquez dessus, Direct Hit peut désormais mesurer le temps entre votre premier et votre deuxième clic. Il peut voir qu’il n’y a eu que quelques secondes entre les clics, il sait donc que vous n’êtes pas resté très longtemps sur le premier site.
Au deuxième site, vous prenez plus de temps. Vous pourriez même y consulter quelques autres pages. Mais vous ne trouvez toujours pas ce que vous aimez, alors après quelques minutes, vous revenez à HotBot. Vous pouvez revenir à votre liste d’origine ou relancer la recherche. Quoi qu’il en soit, dès que vous cliquez sur un autre lien, Direct Hit peut mesurer le temps entre votre deuxième et votre troisième clic pour estimer votre temps sur le deuxième site, qui était de quelques minutes.
Enfin, vous choisissez un troisième site dans la liste que vous aimez. Vous ne revenez pas à HotBot pendant des jours. Lorsque vous le faites et cliquez sur un lien, Direct Hit mesure à nouveau le temps entre les clics et apprend que vous avez passé beaucoup de temps sur le troisième site.
Bien sûr, Direct Hit ne peut pas dire exactement combien de temps vous passez sur le troisième site. Après tout, vous êtes parti depuis des jours et avez consulté de nombreux sites entre-temps. Il y a des situations où quelqu’un peut cliquer sur un site, puis ne jamais revenir sur HotBot. D’autres peuvent revenir à HotBot après avoir effacé les cookies de leur navigateur, de sorte que Direct Hit ne puisse pas reconnaître qu’ils sont revenus. Certaines personnes peuvent même ouvrir plusieurs fenêtres de navigateur à partir de la liste des résultats en même temps, ce qui donnerait à Direct Hit l’impression qu’elles ne passent que quelques secondes sur un site entre les clics.
Toutes ces choses compliquent la mesure du temps avec précision. Direct Hit dit qu’il compense ce type de problèmes en examinant les moyennes et en excluant les données extrêmement inhabituelles.
Être répertorié et bien se classer
La meilleure façon d’être référencé avec Direct Hit est d’être référencé auprès de ses sites partenaires. Par exemple, si vous deviez être répertorié avec Open Directory ou Inktomi, vous pourriez apparaître sur HotBot, qui utilise ces deux sources de données.
À leur tour, les clics sur votre annonce seraient envoyés à Direct Hit. Si votre site a attiré suffisamment de clics de qualité, vous pourriez commencer à apparaître comme un site « populaire » dans les résultats de Direct Hit.
Pour aider à améliorer votre taux de clics, utilisez la balise meta description, pour vous assurer que votre annonce est écrite pour attirer les utilisateurs sur votre site. Consultez la page Comment utiliser les balises méta pour en savoir plus sur la balise méta description.
De plus, assurez-vous d’avoir une bonne convivialité au sein de votre site Web. Lorsque les utilisateurs arrivent, peuvent-ils localiser rapidement ce qu’ils recherchent ? Sinon, ils quitteront le site rapidement et en chercheront un autre. Cela vous fera du mal avec Direct Hit, car il récompense les sites qui gardent les utilisateurs sur leurs sites.
L’article ci-dessous traite de certains problèmes d’utilisation et fournit des ressources avec une aide supplémentaire pour garder vos utilisateurs.
La mise à jour du moteur de recherche, 2 mai 2001
Une question courante est de savoir si les webmasters peuvent se booster artificiellement en cliquant simplement plusieurs fois sur leurs liens. Direct Hit affirme avoir mis en place des systèmes pour empêcher ce type de comportement. Une chose évidente que Direct Hit surveille est un nombre élevé de clics provenant de la même personne. En dehors de cela, toute activité hors de la norme est susceptible d’attirer l’attention et l’examen.
Le Crawler Direct Hit
Comme mentionné ci-dessus, Direct Hit fonctionne principalement en mesurant les clics sur les résultats sur les sites Web de ses partenaires. Direct Hit possède également son propre index de pages Web, recueillies en explorant le Web. Il existe même une page Ajouter une URL, où vous pouvez soumettre votre site :
Page d’ajout d’URL à accès direct
Listes d’annuaires
À partir de la page d’accueil, vous trouverez des liens vers des catégories juste en dessous du champ de recherche. Ceux-ci mènent à la version Direct Hit de l’Open Directory, où les sites sont classés par ordre de popularité, tel que mesuré par le nombre de clics. Pour apparaître dans l’annuaire, vous devrez être répertorié avec l’Open Directory, comme expliqué sur la page Comment fonctionne l’Open Directory.
Annonces payantes
Sur la page des résultats de Direct Hit, les liens numérotés proviennent tous de la base de données de Direct Hit. En revanche, les annonces sous la rubrique « Résultats de la recherche de partenaires » proviennent d’Overture. Pour apparaître dans cette section sur Direct Hit pour un terme de recherche particulier, vous devez être le 1er, 2e ou 3e site classé pour ce terme sur Overture. La page Comment fonctionne Overture (GoTo) explique comment être répertorié avec Overture.

Quand on texte

Tout le monde l’exécute, et avec plaisir de temps en temps. La messagerie texte, également connue sous le nom de messagerie texte, consiste à fournir de brèves informations avec des téléphones portables, généralement en utilisant le service de messagerie en ligne bref (SMS). Les messages texte ont été développés au Royaume-Uni à la fin des années 1980 et le premier message texte a été envoyé le 3 décembre 1992. Un service commercial SMS a été lancé au Royaume-Uni en 1995. Cependant, les SMS n’ont pas été supprimés jusqu’à ce qu’il devienne facile. d’envoyer des messages entre les quatre principaux systèmes de téléphonie mobile britanniques en 1998. Tout simplement parce que saisir du contenu textuel directement sur un clavier téléphonique était lourd et que le nombre de chiffres dans un message texte était limité, une forme de raccourci a évolué, en particulier chez les jeunes. Cela comprenait des raccourcis tels que UR pour « votre » ou « vous êtes » et BRB pour « revenir ». Parallèlement à l’interaction et au plaisir fondamentaux, d’autres utilisations de la messagerie texte ont été développées, notamment l’annonce par des militants de présentations dans les rues de l’Extrême-Orient, de l’Ukraine et du Koweït et le flirt clandestin dans les communautés où les relations occasionnelles avec les rapports sexuels opposés étaient désapprouvées. . En Afrique du Sud, des conseillers avaient envoyé des informations sur l’utilisation par les patients de médicaments antirétroviraux pour lutter contre le sida/aide par SMS aux chercheurs de l’Université du Cap. Par SMS, les autochtones indiens en politique étaient convoqués par les employés pour voter de nouvelles lois ou constituer un quorum au parlement. Un nouveau système informatique était présenté au Royaume-Uni qui permettrait de transmettre aux témoins des alertes de contenu textuel concernant des audiences illégales. En mai 2005, les alertes d’alerte d’America’s Missing: Transmit Emergency Response (AMBER) concernant les enlèvements d’enfants aux États-Unis ont commencé à être transmises sous forme de contenu textuel aux personnes qui ont choisi de les obtenir et, en 2018, 924 enfants avaient été récupérés. Les SMS sont utilisés à des fins personnelles, familiales, professionnelles et interpersonnelles. Les organisations gouvernementales et peu gouvernementales utilisent les SMS pour communiquer entre collègues. Dans les années 2010, l’envoi de brefs messages informels est devenu un incontournable dans de nombreuses civilisations, comme c’était le cas auparavant avec l’emailing. Cela fait de la messagerie texte un moyen simple et rapide de communiquer avec des amis, la famille et des collègues, comme dans des contextes où un appel serait impoli ou inapproprié (par exemple, appeler très tard dans la soirée ou lorsqu’une personne sait qu’une autre personne est agitée avec sa famille membres ou activités professionnelles). Comme le courrier électronique et la messagerie vocale et contrairement aux appels téléphoniques (dans lesquels l’appelant inconnu s’attend à parler directement en utilisant le destinataire), les SMS n’auront pas besoin que l’appelant et le destinataire soient chacun libres au même moment ; cela permet une interaction même entre des individus occupés. Les messages texte peuvent également être utilisés pour interagir avec des techniques automatisées, par exemple pour acheter des produits ou des services sur des sites Web de commerce électronique, ou pour participer à des concours sur Internet. Les annonceurs et les prestataires de réparation utilisent le marketing de contenu textuel immédiat pour envoyer des messages aux utilisateurs de téléphones mobiles concernant les promotions, les délais de paiement attendus, ainsi que d’autres notifications plutôt que d’utiliser le courrier postal, le courrier électronique ou la messagerie vocale. La quantité d’informations délivrées au Royaume-Uni est passée d’un milliard de dollars en 1999 à quelque 30 milliards en 2005. Aux États-Unis, les SMS sont apparus plus tard mais se sont rapidement développés. De 30 000 informations livrées aux États-Unis en juin 2001, le trafic mensuel est passé à environ 7,3 milliards en 2005 et 14 milliards en 2008. La messagerie SMS a atteint son maximum aux États-Unis avec 2 300 milliards de messages en 2011 et en Royaume-Uni l’année civile suivante avec 162 milliards de messages. En 2012, la quantité d’informations SMS envoyées dans le monde n’a culminé qu’à moins de 7 800 milliards de dollars et elle a diminué depuis lors en raison de la montée en puissance des applications de messagerie texte telles que Facebook ou Twitter Messenger, WeChat et WhatsApp. Les principales sociétés de Wi-Fi sont convaincues que les utilisateurs envoient désormais plus de SMS que de parler sur leur téléphone portable.

L’ADN au service du calcul

Le calcul de l’ADN est la réalisation de calculs utilisant des substances biologiques, plutôt que des puces de silicium traditionnelles. Le concept selon lequel les molécules individuelles (ou même les atomes) pourraient être utilisés pour les temps de calcul jusqu’en 1959, lorsque le physicien américain Richard Feynman a présenté ses idées sur la nanotechnologie. Cependant, le traitement de l’ADN n’avait été réellement reconnu qu’en 1994, lorsque l’informaticien américain Leonard Adleman a démontré comment les molécules pouvaient être utilisées pour résoudre un problème informatique. Un calcul peut être considéré comme l’exécution d’un algorithme, qui lui-même peut être considéré comme une liste étape par étape de directions bien définies qui prend une certaine entrée, le traite et produit un résultat. Dans le calcul de l’ADN, l’information est symbolisée à l’aide de l’alphabet héréditaire à 4 caractères (A [adénine], G [guanine], C [cytosine] et T [thymine]), plutôt que l’alphabet binaire (1 et ) utilisé par l’ordinateur conventionnel systèmes. C’est vraiment possible parce que de courtes molécules d’ADN de n’importe quelle séquence arbitraire peuvent être synthétisées sur commande. L’entrée d’un algorithme est donc représentée (dans le cas le plus simple) par des molécules d’ADN avec des séries spécifiques, les directions sont complétées par des procédures de laboratoire sur les molécules (comme les travailler en fonction de la longueur ou découper des brins contenant une certaine sous-séquence), ainsi que les le résultat est décrit comme une propriété du groupe final de molécules (comme l’existence ou l’absence d’une séquence spécifique). L’expérience d’Adleman consistait à tracer un chemin à travers un réseau de « villes » (étiquetées « 1 » à « 7 ») reliées par une « route » à sens unique. Le problème spécifie que l’itinéraire doit commencer et se terminer dans des communautés spécifiques et visiter chaque ville une seule fois. (Ceci peut être considéré par les mathématiciens comme le problème du cours hamiltonien, un cousin du problème du voyageur de commerce beaucoup plus connu.) Adleman avait profité de la complémentarité Watson-Crick de l’ADN-A et du T qui se collaient par paires, tout comme G et C (donc la séquence AGCT collerait parfaitement à TCGA). Il a conçu de brefs brins d’ADN pour représenter les villes et les routes de manière à ce que les brins de route emprisonnent les brins de la ville les uns avec les autres, formant des séquences de villes qui représentaient des chemins (comme la vraie solution, qui est devenue « 1234567 »). La plupart des séquences de ce type représentaient de mauvaises réponses au problème (« 12324 » parcourt une ville plus d’une fois et « 1234 » ne visite pas toutes les villes), mais Adleman a utilisé suffisamment d’ADN pour être raisonnablement sûr que la bonne réponse sera symbolisée. dans son contenant préliminaire de brins. Le problème était alors de tirer ce remède unique. Il y est parvenu en amplifiant considérablement au départ (à l’aide d’une méthode appelée réaction en chaîne par polymérase [PCR]) uniquement les séquences qui commençaient et se terminaient dans les bonnes villes. Il a ensuite classé le groupe de brins par durée (en utilisant une méthode connue sous le nom d’électrophorèse sur gel) pour s’assurer qu’il ne retenait que les brins de la bonne longueur. Enfin, il a utilisé à plusieurs reprises une «canne à pêche» moléculaire (filtrage par affinité) pour s’assurer que chaque ville était ainsi symbolisée dans les séquences de prospection. Les brins qui restaient à Adleman avaient ensuite été séquencés pour montrer la solution au problème. Même si Adleman cherchait simplement à établir la faisabilité du traitement avec des substances, peu de temps après son bulletin d’information, son expérience a été présentée par certains comme le début d’un concours entre les systèmes informatiques basés sur l’ADN et leurs alternatives au silicium. Certaines personnes pensaient que les ordinateurs moléculaires pourraient un jour résoudre des problèmes qui mettraient les machines existantes en difficulté, en raison de l’énorme parallélisme naturel de la biologie. Étant donné qu’une petite goutte d’eau peut contenir des milliards de brins d’ADN et parce que les opérations biologiques agissent sur chacun d’eux – efficacement – en parallèle (au lieu d’un à la fois), il a été affirmé qu’une fois, les ordinateurs à ADN pouvaient signifier (et résoudre) des problèmes difficiles qui dépassaient le cadre des ordinateurs « normaux ». Néanmoins, dans de nombreux problèmes difficiles, le nombre d’options réalisables augmente de façon exponentielle avec les dimensions du problème (par exemple, le nombre d’options peut doubler pour chaque ville ajoutée). Cela signifie que même des problèmes assez minimes nécessiteraient des volumes d’ADN ingérables (sur l’achat de grandes baignoires) afin de signifier toutes les réponses possibles. L’expérience d’Adleman était importante car elle effectuait des calculs à petit niveau avec des molécules biologiques. Mais surtout, il ouvrait la possibilité de réponses biochimiques immédiatement programmées.